themes dans boite a mervielle

Thèmes
LeThèmes
Le premier module : La Boite à merveilles
1. Croyances populaires : superstition et maraboutisme
2. Les coutumes, les cérémonies et les fêtes
3. Rituels funéraires
4. L’artisanat, les métiers traditionnels
5. L’image du père et de la mère dans la société marocaine
6. Plats typiquement marocains
7. Les vêtements traditionnels
8. La solidarité entre les voisins
9. Le voisinage
10. La solitude
11. L’art culinaire marocain

premier module : La Boite à merveilles
1. Croyances populaires : superstition et maraboutisme
2. Les coutumes, les cérémonies et les fêtes
3. Rituels funéraires
4. L’artisanat, les métiers traditionnels
5. L’image du père et de la mère dans la société marocaine
6. Plats typiquement marocains
7. Les vêtements traditionnels
8. La solidarité entre les voisins
9. Le voisinage
10. La solitude
11. L’art culinaire marocain

exemple d’examain +correction

Texte :
Ma mère et son amie se remirent à parler de Rahma, la femme du fabricant de charrues, de Fatma Bziouya et de tante Kanza la voyante.
Ma mère racontait sa réconciliation avec sa voisine du premier étage, l’escapade de Zineb, le repas offert aux pauvres. Elle faisait l’éloge de Rahma. Elle regrettait son moment de mauvaise humeur qui avait provoqué la dispute. Rahma devenait une charmante jeune femme, si serviable! Si honnête!…
– Et puis, dit ma mère, elle est si jolie! Toujours souriante, toujours vive. Son mari peut remercier Dieu de lui avoir fait présent d’une brune si délicieuse. N’aimes-tu pas cette peau halée au grain si fin, ces grands yeux qui rient? N’est-ce pas qu’elle possède une jolie bouche aux lèvres fermes, un peu boudeuses?
Lalla Aïcha approuvait, opinait du chef, soupirait de contentement.
Mais ma mère enchaînait déjà:
– Fatima, ma voisine d’en face, n’a pas été non plus oubliée par le Créateur. De jolis yeux noyés de douceur! Des sourcils d’une courbe parfaite! Un teint ambré! Mais je n’aime pas le tatouage de son menton.
– Elle a, en outre, l’agrément de sa jeunesse, ajouta l’amie.
Immobile dans mon coin, j’écoutais. Je m’étonnais d’entendre ma mère rendre
justice à la beauté de nos deux voisines. Cette beauté je la sentais, mais je ne pouvais la traduire par des formules concrètes. J’étais reconnaissant à ma mère d’exprimer, avec des termes précis, ce qui flottait dans mon imagination sous forme d’images vagues, confuses, inachevées

Compréhension : (10 points)
1) Recopiez et complétez le tableau suivant : (1 pt)

Titre de l’œuvre Auteur Siècle (époque) Genre littéraire
       

2) La mère du narrateur et son amie parle essentiellement de deux personnages. Lesquels? (1 pt)
3) Recopiez et complétez le tableau suivant : (1 pt)

Personnage décrit:

……………….

Fatma
Passage correspondant  « Elle faisait l’éloge [..] un peu boudeuses ?”

……………………….

4) Lisez le passage : « Elle faisait l’éloge… un peu boudeuses ? »  (1 pt)
a. Relevez un mot décrivant le physique du personnage.
b. Relevez un mot décrivant le comportement ou le caractère du personnage.
5) Observez la phrase suivante : (1 pt) « Ces yeux qui rient ? »
a. La figure employée dans cette phrase est: A- une comparaison, B- une personnification ou C- une antithèse ?
b. Le jugement porté sur le personnage décrit est-il favorable ou défavorable ?
6) Quelle est la réaction de Lalla Aicha aux propos (paroles) de son amie ? Justifiez votre réponse à partir du texte. (1 pt)
7) Lisez les lignes de 13 à 15 et : (1 pt)
a. Relevez une phrase comportant une caractérisation valorisante du personnage décrit.
b. Relevez une phrase comportant une appréciation dévalorisante du personnage décrit.
8) Sur quel aspect la mère insiste-t-elle en décrivant les deux personnages ? Justifiez votre réponse à partir du dernier paragraphe. (1 pt)
9) Le narrateur approuve-t-il le jugement de sa mère ? Justifiez (1pt)
10) Quelle valeur le narrateur cherche-t-il essentiellement à nous communiquer ? (1 pt)
A. Le respect des parents
B. Le respect d’une éducation traditionnelle
C. le bon voisinage (recopiez la bonne réponse)
Production écrite : (10 points)
Sujet :Certaines personnes trouvent du plaisir à dire du mal des autres. Qu’en pensez-vous.
Rédigez un texte dans lequel vous donnez votre pont de vue en le justifiant par des arguments précis.

 

Correction :

Compréhension :
1) Le tableau
Titre de l’œuvre: La Boîte à Merveilles
Auteur:Ahmed Sefrioui
Siècle (époque): XXème
Genre littéraire: Roman autobiographique

2) Les deux personnages sont : Raham et fatma Bziouya.
3) Le tableau :
Personnage décrit Passage correspondant:

Personnage décrit:

Rahma

Fatma
Passage correspondant  « Elle faisait l’éloge [..] un peu boudeuses ?”

« ma voisine [……] ajouta l’amie. »

4) Le portrait:
a. Un mot décrivant le physique du personnage: “charmante”, “jolie”…
b. Un mot décrivant le comportement ou le caractère du personnage: “serviable”, “honnête”…
5) Les figures de style:
a. La personnification
b. c’est jugement favorable.
6) Elle est d’accord : « Lalla Aïcha approuvait, opinait du chef, soupirait de contentement »
7)  a. « De jolis yeux noyés de douceur! Des sourcils d’une courbe parfaite! Un teint ambré! »
b. « Mais je n’aime pas le tatouage de son menton. »

8) Elle insiste sur le l’aspect physique : « Je m’étonnais d’entendre ma mère rendre. Justice à la beauté de nos deux voisines »
9) Oui :
– « Cette beauté je la sentais, mais je ne pouvais la traduire par des formules concrètes. » / « J’étais reconnaissant à ma mère d’exprimer, avec des termes précis, ce qui flottait dans mon imagination. »
10) Le narrateur cherche essentiellement à nous communiquer la valeur de:
C. le bon voisinage

Production écrite : (10 points)

Sujet : Certaines personnes trouvent du plaisir à dire du mal des autres. Qu’en pensez-vous.
Rédigez un texte dans lequel vous donnez votre pont de vue en le justifiant par des arguments précis.

Exemples de formules utilisables dans l’étude de texte

Pour énoncer une idée directrice: • Ce texte / ce paragraphe est pour l’auteur l’occasion de faire le portrait d’un… • Dans ce texte l’auteur se livre à une violente critique de….à la satire de…. • L’auteur a très souvent recours à….pour sensibiliser le lecteur à… • Dans le premier paragraphe, l’auteur prend le lecteur … استمر في القراءة

Examen préparatoire POUR 3

Examen préparatoire
Texte :
Nous sommes à bord de la désillusion, frégate de haute mer (….) moi qui vous parle, je suis Petit-jean de Paimpol, gentilhomme de fortune pour vous servir.la désillusion vogue sur l’Océan Indien à la recherche de sa proie favorite, le bon gros vaisseau Patapouf chargé de soierie, d’épices et de barres d’argent.
– Anglais à bord ! Anglais à bord !
Le capitaine Miséricorde saute sur sa lorgnette, dévisage un moment le nouveau venu avant de commander le branle-bas de combat.
– A l’abordage !hurle le capitaine Miséricorde.
Moi, petit Jean de Paimpol, je me retrouve d’un saut sur le pont britannique, poignard entre les dents, épées en main. Un grand flandrin d’Anglais, sec comme le vent du nord se jette sur moi lame en avant.
Nos lames s’entremêlent, et nous voilà menton contre menton. Je lui tire la langue, il me fait une grimace. Autour de nous, des mousquets claquent, des hommes braillent comme des cochons qu’on égorge.
René Fallet, Bulle ou la voix de l’océan. Éd. Denoël.
Questions
Compréhension de l’écrit :
1- Complète le tableau suivant : (1.5 pt)
Auteur Source du texte Maison d’édition
2- Répond par vrai ou faux : (1pt)
a- le narrateur et ses amis se trouvent à bord d’une goélette.
b- ils voguent sur l’Océan Atlantique.
c- ils repèrent un bateau Anglais.
d- le capitaine ordonne à son équipage de ne pas attaquer le vaisseau.
3- Qui est le narrateur ? (0.5)
4- Relève les indices qui montrent qu’il est narrateur et personnage du récit en même temps. (0.5)
5- Le narrateur raconte les faits de manières plaisante, parfois comique. Relève un exemple. (0.5)
6- Qui sont les opposants du héros ? (0.5)
Langue et communication :
1- Exprime une idée de cause avec ses deux phrases : (1pt)
-Les pirates ne prennent pas la mer : il fait mauvais temps.
2- Relève du texte une phrase qui exprime la comparaison. (0.5pt)
3- Conjugue les verbes entre ( ) au temps et au mode qui convient. (2 pts)
a- Il faut s’emparer du navire avant qu’il ne (faire) nuit.
b- Les pirates attaquent le vaisseau afin qu’ils (s’emparer) de son butin.
4- Relève du texte 4 mots en rapport avec la mer. (1pt)
5- trouve une situation convenable à l’énoncé suivant : (1pt)
– la mer est calme, on pouvait se reposer ; mais méfiez-vous des pirates qui peuvent nous surprendre à chaque instant.
Production écrite : (10 pts)
Traitez au choix l’un de ces deux sujets.
Sujet 1 : La Guerre c’est la victoire de la mort, la guerre est toujours sale. Rédigez un texte argumentatif où vous montrez le côté néfaste de la guerre.
Sujet 2 : Tu te souviens certainement de ton premier jour à l’école. Raconte en quelques lignes cette journée en décrivant les émotions ressenties.

Des figures de style dans Le dernier jour d’un condamné

Des figures de style dans Le dernier jour d’un condamné de V. Hugo

Cochez la bonne réponse (deux ou trois réponses sont possibles des fois).
Vos réponses doivent prendre en considération le contexte dans lequel les figures de style ci-dessous se trouvent.

1-On m’a aussi donné de l’encre, du papier, des plumes et une lampe de nuit.
□ métonymie □ accumulation □ énumération □ métaphore

2-Je me sentais emporté avec stupeur, comme un homme tombé en léthargie qui ne peut ni remuer ni crier et qui attend qu’on l’enterre.
□ comparaison □ accumulation □ allégorie □ non mentionnée

3-Parmi ces figures éteintes et mornes, çà et là, brillaient quelques yeux perçants et vifs comme des points de feu.
□ comparaison □ anthithèse □ oxymore □ accumulation

4-J’étais ivre, stupide, insensé.
□ gradation ascendante □ oxymore □ accumulation □ énumération

5-Il est dans la terre et dans le ciel.
□ euphémisme □ anthithèse □ pléonasme □ non mentionnée

6-C’était les prisonniers spectateurs de la cérémonie en attendant leur jour d’être acteurs.
□ métaphore □ personnification □ antiphrase □ antithèse

7-Mon corps est aux fers dans un cachot, mon esprit est en prison dans une idée.
□ chiasme □ métonymie □ hyperbole □ antithèse □ non mentionnée

8-Moi, seul muet dans ce vacarme, seul immobile dans ce tumulte.
□ chiasme □ anaphore □ antithèse □ accumulation

9-Vous serez seul dans votre loge comme un roi.
□ antihèse □ antiphrase □ comparaison □ non mentionnée

10-Me tuer de sang-froid, en cérémonie, pour le bien de la chose.
□ oxymore □ antithèse □ litote □ non mentionnée

11-Avant de m’ensevelir dans cette tombe à deux roues.
□ oxymore □ litote □ périphrase □ antithèse

12-Maintenant, Dieu merci, je n’espère plus.
□ personnification □ métonymie □ antiphrase □ litote

13-L’intelligence ne souffre pas, elle dort.
□ métaphore □ personnification □ allégorie □ non mentionnée

14-A peine arrivé, des mains de fer s’emparèrent de moi.
□ personnification □ allégorie □ métonymie □ litote

15-J’espère que ma mort lui va faire grand plaisir.
□ antithèse □ antiphrase □ hyperbole □ non mentionnée

16-Quoi ! Le soleil, le printemps, les champs pleins de fleurs, les oiseaux qui s’éveillent le matin, les nuages, les arbres, la nature, la liberté, la vie, tout cela n’est plus à moi !
□ chiasme □ litote □ pléonasme □ gradation ascendante

17-Peut-être cette lecture leur rendra-t-elle la main moins légère quand il s’agira quelque autre fois de jeter une tête qui pense, une tête d’homme, dans ce qu’ils appellent la balance de la justice ?
□ gradation descendante □ métonymie □ métaphore □ non mentionnée

18-Une jolie petite plante jaune, toute pénétrée d’un rayon de soleil, jouait avec le vent dans une fente de la pierre.
□ personnification □ métaphore □ allégorie □ comparaison

19-Il ne faut pas tuer le père d’une enfant de trois ans.
□ antiphrase □ euphémisme □ périphrase □ hyperbole

20-Un rire amer sur le visage.
□ litote □ chiasme □ oxymore □ antithèse

21-Malheureusement, je n’étais pas malade. Le lendemain il fallut sortir de l’infirmerie. Le cachot me reprit.
□ antithèse □ oxymore □ métaphore □ litote

22-Cette nuée de démons escaladait ma misérable cellule.
□ personnification □ métaphore □ allégorie

23-Les banquettes se déplacèrent bruyamment.
□ métonymie □ personnification □ hyperbole □ pléonasme

24-On entendait ouvrir et fermer les lourdes portes.
□ périphrase □ antithèse □ personnification

25-Entre deux masses de peuple murées de soldats.
□ métaphore □ métonymie □ personnification

26-Elle a fait un bruit sourd en passant sous la voûte de la grande porte.
□ antithèse □ oxymore □ antiphrase □ litote

27-Une froide averse d’automne éclata brusquement et déchargea à torrents dans la cour carrée.
□ hyperbole □ personnification □ métaphore □ allégorie

28-Tout Bicêtre semblait rire, chanter, courir, danser.
□ personnification □ gradation □ métonymie

29-Ce mur, c’est de la prison en pierre ; cette porte, c’est de la prison en bois ; ces guichetiers, c’est de la prison en chair et en os.
□ anaphore □ pléonasme □ euphémisme □ périphrase

30-En cet instant je m’aperçus que j’étais sans fer.
□ périphrase □ antiphrase □ métonymie □ non mentionnée

Le dernier jour d’un condamné
Le texte :
Il est dix heures.
Ô ma pauvre petite fille ! Encore six heures, et je serai mort ! Je serai quelque chose d’immonde qui traînera sur la table froide des amphithéâtres1 ; une tête qu’on moulera d’un côté, un tronc qu’on disséquera de l’autre ; puis de ce qui restera, on en mettra plein une bière2, et le tout ira à Clamart.
Voilà ce qu’ils vont faire de ton père, ces hommes dont aucun ne me hait, qui tous me plaignent et tous pourraient me sauver. Ils vont me tuer. Comprends-tu cela, Marie ? Me tuer de sang-froid, en cérémonie, pour le bien de la chose ! Ah ! Grand Dieu !
Pauvre petite ! Ton père qui t’aimait tant, ton père qui baisait ton petit cou blanc et parfumé, qui passait la main sans cesse dans les boucles de tes cheveux comme sur de la soie, qui prenait ton joli visage rond dans sa main, qui te faisait sauter sur ses genoux, et le soir joignait tes deux petites mains pour prier Dieu !
Qui est-ce qui te fera tout cela maintenant ? Qui est-ce qui t’aimera ? Tous les enfants de ton âge auront des pères, excepté toi. Comment te déshabitueras-tu, mon enfant, du Jour de l’An, des étrennes, des beaux joujoux, des bonbons et des baisers ? – Comment te déshabitueras-tu, malheureuse orpheline, de boire et de manger ?
Oh ! Si ces jurés l’avaient vue, au moins, ma jolie petite Marie ! Ils auraient compris qu’il ne faut pas tuer le père d’un enfant de trois ans.
Et quand elle sera grande, si elle va jusque-là, que deviendra-t-elle ? Son père sera un des souvenirs du peuple de Paris. Elle rougira de moi et de mon nom ; elle sera méprisée, repoussée, vile à cause de moi, de moi qui l’aime de toutes les tendresses de mon cœur. Ô ma petite Marie bien-aimée ! Est-il bien vrai que tu auras honte et horreur de moi ?
Misérable ! Quel crime j’ai commis, et quel crime je fais commettre à la société !
VICTOR HUGO, Le Dernier Jour d’un condamné, (Folio classique, pp101-102).
*Compréhension : (10 pts)
1- Situez le passage dans l’œuvre. (1 pt).
2- a- Qui est le narrateur dans ce texte ? (0.5 pt)
b- Justifiez votre réponse en relevant un élément du texte. (0.5 pt)
3- Quel indice montre que ce texte s’apparente à un journal intime ? (1 pt).
4- a- Comment le narrateur se décrit- il au début du texte ? (1 pt).
b- Quel effet cherche- il à produire sur le lecteur par cette description ? Quel est donc le registre du texte ? (1 pt).
5- Relevez dans le texte :
a- Deux mots ou expression appartenant au champ lexical de l’amour. (0.5 pt)
b- Deux mots ou expression appartenant au champ lexical de la mort. (0.5 pt)
6- a-Mettez en valeur le mot « moi » dans la phrase suivante en utilisant la restriction : « Il est bien vrai que tu auras honte et horreur de moi » . (1 pt)
b- Quelles sont les deux figures de style employées dans la phrase suivante?
« Ton père qui t’aimait tant, ton père qui (…) passait la main sans cesse dans les boucles de tes cheveux comme sur de la soie » . (1.5 pt)
7- Le texte a : a- Une visée argumentative. b- Une visée informative. c- Une visée descriptive.
Recopiez la bonne réponse. Justifiez- la. (1.5 pt).
*Production Écrite : (10 pts
Sujet1 : L’enfance évoque pour certains un bon souvenir et pour d’autres une triste période. A la quelle des deux catégories (enfance heureuse/ enfance malheureuse) appartenez- vous ?
Rédigez un texte dans lequel vous porterez un jugement sur votre enfance.
Sujet2 : A l’occasion de la fête des mères Écrivez une lettre à votre mère dans laquelle vous lui exprimez votre amour pour elle et votre reconnaissance pour ses sacrifices.

les figures de styles dans djdc

identifiez les figures de styles y existant:
“Il m’a laissé cette guenille, sa veste infâme”
“Sur un air tantôt plaintif, tantôt furieux et gai”
“Tout cela était blanc et pale de la couleur d’un linceul”
“Il entra dans la cour en faisant la roue sur lui-même, avec l’agilité d’un serpent”
“On suppose qu’il ya de l’air dans cette boite de pierre”
“Il est noir au soleil”
“L’horrible idéé de se briser la tête au mlur de son cachot”
“J’ai assassiné un homme et je suis arreté, j’ai fait suer un chêne et je suis enfourailler”
Reponse

1/Anaphore (guenille-veste) ou personnification.

2/Antithèse (plaintif-gai).

3/Comparaison (pale comme la couleur d’un linceul).

4/Métaphore (agile comme un serpent); on peut accepter également une simple comparaison (avec l’agilité d’un serpent).

5/Personnification ( si on considère le mot “air” comme vie) étant donné que votre phrase est incomplète: je ne peux pas trancher.

6/Oxymore (noir#soleil)

7/Hyperbole (l’horrible idée).

8/Anaphore (j’ai, je, j’ai/ personnification (suer un chêne)…

Réponse N°2

1-Anaphore (guenille-veste) ou personnification.

2-Antithèse (plaintif-gai).

3-Comparaison (pale comme la couleur d’un linceul).

4-Métaphore (agile comme un serpent); on peut accepter également une simple comparaison (avec l’agilité d’un serpent).

5-Personnification ( si on considère le mot “air” comme vie) étant donné que votre phrase est incomplète: je ne peux pas trancher.

6-Oxymore (noir#soleil)

7-Hyperbole (l’horrible idée).

8-Anaphore (j’ai, je, j’ai/ personnification (suer un chêne)…