Le dernier jour d’un condamné : Les personnages

1) Le condamné : on ne sait pas quel crime il a commis. Pourtant, il n’est pas perçu comme un
monstre ; il vit atrocement l’attente de son exécution. Il a très peur et il voudrait être sauvé
par la grâce du roi, mais il sait que cela est impossible. Il semble s’être repenti pour ce qu’il a
fait. Il est jeune, sain et fort. Il a une bonne éducation. Il dit que pour lui le temps passe plus
vite que pour les autres. Il n’aime pas la foule et il ne l’aimera jamais et lui-même n’a jamais
aimé voir tuer un condamné à mort. Il aime sa fille Marie et il est très préoccupé pour son
avenir.
2) Les représentants de la société : juges, magistrats, directeur de la prison représentent la
3) Le prêtre : Il est détaché dans ses rencontres avec le condamné. Selon le protagoniste, ce
prêtre ne parle par avec son Cœur, mais dit seulement de façon machinale ce qu’il dit
habituellement avec les condamnés.
4) Les geôliers : Quelques uns sont gentils avec lui ; d’autres ne le sont pas. Il y a des geôliers
qui parlent avec lui et lui demandent beaucoup de choses et d’autres qui le traitent comme
un animal.
5) Marie : fille du condamné, elle a trois ans ; son père lui voue un amour absolu ; mais elle ne
reconnaît pas son père dans ce barbu qui l’embrasse. Elle est persuadée que son père est
mort.
6) La foule : compatissante et cruelle à la fois, elle assiste à une exécution capitale comme à un
spectacle. C’est la société qui veut voir tuer cet homme. La foule est très nombreuse. Elle ne
veut pas la justice ; elle veut assister à un spectacle : celui de l’exécution de la peine capitale
par la guillotine.
Par l’intermédiaire de ses représentants, la société se montre indifférente à son sort :
Le président du jury est « calme ».
Les jurés sont « blêmes et abattus » mais c’est à cause de la fatigue due à la longue
délibération. Quelques-uns baillent. Tous ont « une grande envie de dormir ».
Un jeune assesseur s’entretient « presque gaiement » avec « une jolie dame en chapeau rose ».
L’avocat de la défense vient de « déjeuner copieusement et de bon appétit ».
L’huissier (qui l’accompagne à la Conciergerie) est plus préoccupé par « la perte de son
tabac » que compatissant. Il reproche même au condamné d’être triste.
Le bourreau ne se soucie que de ses problèmes techniques : il craint que la pluie ne rouille le mécanisme de la guillotine.
Le geôlier est « gentil » quand il emmène le condamné dans une autre cellule, mais le
narrateur pense: « Les égards du geôlier sentent l’échafaud ».
Le directeur est gentil, mais cette gentillesse est intolérable quand il informe le condamné que c’est “ pour aujourd’hui ” et qu’il lui demande « en quoi il pourrait (lui) être agréable ou utile ».

société. Pour eux, une exécution est une chose banale qui doit se dérouler dans les formes.

أضف تعليقاً

إملأ الحقول أدناه بالمعلومات المناسبة أو إضغط على إحدى الأيقونات لتسجيل الدخول:

WordPress.com Logo

أنت تعلق بإستخدام حساب WordPress.com. تسجيل خروج   / تغيير )

صورة تويتر

أنت تعلق بإستخدام حساب Twitter. تسجيل خروج   / تغيير )

Facebook photo

أنت تعلق بإستخدام حساب Facebook. تسجيل خروج   / تغيير )

Google+ photo

أنت تعلق بإستخدام حساب Google+. تسجيل خروج   / تغيير )

Connecting to %s