Prendre contact avec l’œuvre

 

                                    Prendre contact avec l’œuvre

   Le dernier jour d’un condamné est publié de façon anonyme en 1829 en ajoutant un fac-

   similé de chanson manuscrite en argot pour laisser croire qu’il s’agissait de véritables

   mémoires de condamné, mais une petite préface suggérait que c’était l’œuvre d’un rêveur.

   La publication déclencha une polémique.

                                             I. Le thème

   Le thème est celui de la peine de mort : les premiers mots du récit annoncent le sujet.

   La peine de mort est toujours en vigueur sous la restauration : allusion au roi Charles X qui

   est le seul être à pouvoir arrêter la machine par la grâce.

                                 II. Énonciation et focalisation

   Le narrateur est aussi le personnage : utilisation de la première personne.

   Le narrateur est différent de l’auteur même si l’on peut repérer quelques similitudes (âge,

   milieu social, goût pour l’écriture).

   Le récit est en focalisation interne : le lecteur a seulement accès au point de vue du narrateur.

                                           III. Le temps

   Chapitre I : « 5 semaines ».

   Chapitre VIII : le narrateur dresse un calendrier approximatif du temps qu’il lui reste à vivre :

   il est déjà dans la dernière semaine.

                                             IV.Le lieu

   Il est incarcéré à la prison de Bicêtre dans le sud-est de Paris.

                                            V.Le genre

a) S’agit-il d’un roman ? : Victor Hugo a appelé ce texte « récit » et non pas roman.

   Chapitre V : allusion à l’acte d’écrire à travers le matériel nécessaire.

   Chapitre VI : la question de l’objectif de l’écriture est abordée : il écrit pour lui-même le

   journal de ses souffrances pour exorciser son malaise, mais il écrit aussi pour autrui parce

   qu’il évoque une éventuelle publication posthume et l’utilité d’un tel témoignage.

b) S’agit-il du journal intime d’un condamné ? : « Journal de mes souffrances »

   Un homme consigne bien jour après jour ses pensées, ses émotions, ses sensations.

   Cependant, il n’y a pas adéquation entre l’identité de l’auteur et celle du narrateur, et les

   dates ne sont pas précises.

c) S’agit-il d’une autobiographie ?

   Définition : « récit rétrospectif en prose qu’une personne réelle fait de sa propre existence,

   lorsqu’elle met l’accent sur sa vie individuelle, en particulier l’histoire de sa personnalité ».

   Cependant, le récit n’est pas rétrospectif, le récit n’est pas au passé, le « je » ne renvoie pas

   à une personne réelle et la personnalité reste énigmatique

                                      VI.La composition :

   Le livre comporte trois parties : Bicêtre, la Conciergerie et la Mairie.

   Bicêtre : le procès, le ferrage des forçats et la chanson.

   La Conciergerie : le voyage vers Paris, la rencontre avec le friauche et la rencontre avec le

   geôlier (le nouveau gendarme) qui lui demande les numéros pour jouer à la loterie.

   L’Hôtel de Ville : le voyage dans Paris, la toilette du condamné et le voyage vers la Place de

   Grève : l’échafaud.

أضف تعليقاً

إملأ الحقول أدناه بالمعلومات المناسبة أو إضغط على إحدى الأيقونات لتسجيل الدخول:

WordPress.com Logo

أنت تعلق بإستخدام حساب WordPress.com. تسجيل خروج   / تغيير )

صورة تويتر

أنت تعلق بإستخدام حساب Twitter. تسجيل خروج   / تغيير )

Facebook photo

أنت تعلق بإستخدام حساب Facebook. تسجيل خروج   / تغيير )

Google+ photo

أنت تعلق بإستخدام حساب Google+. تسجيل خروج   / تغيير )

Connecting to %s